L’Europe doit exiger la fermeture des camps de travail où sont enfermés les Ouighours, Tibétains, kazakhs et opposants avant de signer quoi que ce soit avec Pékin ! (2)

Les dirigeants européens seront complices de l’emprisonnement de millions de Ouighours, Tibétains , Kazakhs et autres opposants s’ils signent l’accord avec Pékin ! Complices d’un crime contre l’Humanité !

Les Bureaucrates européens fanfaronnent sur « l’énorme concession » (!!) du régime communiste de Pékin : une déclaration qui dit que « la Chine s’engage de manière continue et durable à ratifier la convention de l’Organisation Internationale du Travail pour la bannissement du travail forcé « . De qui se moque-t-on ! Il FAUT exiger LA FERMETURE IMMEDIATE DES CAMPS DE TRAVAIL !!

Toute Honte bue, les dirigeants européens s’apprêtent à signer avant le 31 décembre un accord avec Pékin qui ouvre le territoire européen aux investissements chinois ! L’Allemagne de Merkel tient absolument à ce que l’accord soit signé sous sa Présidence, d’ici le 31 décembre (en catimini, bien entendu)

Les bureaucrates européens mettent l’accent sur les garanties obtenues pour la  protection des investissements européens en Chine, ce qui fait plaisir à l’Allemagne, premier investisseur européen en Chine ainsi qu’aux industriels et prestataires de services, dont les grands du CAC 40 français !

Mais l’accord donne carte blanche aux Chinois en Europe et va accélérer le déclin de bien des secteurs manufacturiers en Europe car l’accord a aussi des conséquences sur le commerce, la sous-traitance et la délivrance de services, la passation de marchés publics en europe.. !

Reste un élément de frustration, qui en dit long sur l’urgence avec laquelle se sont déroulées les dernières tractations : le volet sur la protection des investissements, censé sécuriser le cadre juridique pour les entreprises, n’est pas formellement conclu : les deux parties s’engagent à trouver un compromis avant la fin de 2022. Alors qu’une nouvelle administration doit bientôt prendre les rênes de la Maison-Blanche, Pékin comme les Vingt-Sept savent que la fenêtre de tir pour s’entendre risque de se refermer bientôt. Il fallait donc se dépêcher pour bâcler un accord !

Lors d’une réunion des représentants permanents des Etats-membres, lundi à Bruxelles, aucun pays n’a émis d’objection devant la perspective d’un compromis sur ce texte relatif à l’accès aux marchés, à la propriété intellectuelle ou au développement durable. ll y a encore quelques jours,  plusieurs Etats dont la France, les Pays-Bas, le Danemark ou la Pologne avaient fait savoir leurs réticences devant le projet d’accord avec la question des violations des droits de l’homme et des normes internationales contre le travail forcé, une spécialité bien chinoise avec les millions de prisonniers, notamment ouighours, tibétains, kazakhs et dissidents chinois qui sont parqués dans les camps d’internement.

Le Ministre français du commerce extérieur, Franck Riester, s’était même fendu d’un communiqué la semaine dernière indiquant que la France s’opposerait à l’accord ! C’était pour la galerie, puisque, quelques  jours après, profitant de l’absence des médias en cette fin d’année, l’Ambassadeur de la France a donné son aval !

Ce revirement serait la conséquence de « nouvelles concessions chinoises, en particulier au sujet des normes sociales. ».. La concession de Pékin est de pure forme : une vague déclaration assurant que « la Chine continuera à faire des efforts continus et durables pour ratifier et appliquer les conventions de l’Organisation Internationale du travail OIT/BIT »

De qui se moque-t-on !!!

Le processus de ratification pourra donc prendre au moins « 50 ans » !

Mais tout est aussi dans le mot « appliquer », car de nombreux pays , comme le Pakistan, ont ratifié des conventions sans jamais les appliquer ! Qui ira vérifier dans les camps de travail où sont parqués les Ouighours que les conventions de l’OIT sont respectées !

Victoire géostratégique chinoise

Du côté chinois, la victoire est d’abord géostratégique : alors que la confrontation avec Washington prend des accents de nouvelle guerre froide , Pékin démontre là sa capacité à sortir de son isolement et à nouer un partenariat important avec l’autre grand acteur du bloc occidental.

La sensibilité politique du sujet, dans une période marquée par le durcissement chinois face à Hong-Kong ou au Xinjiang et après quelques interventions remarquables de parlementaires européens, les Européens ont fait semblant de faire preuve d’un supplément de fermeté sur les enjeux sociaux et la question du travail forcé. Pékin aurait finalement accepté que le compromis prenne la forme classique des accords habituellement signés par l’UE. Ce qui comprend un engagement vague à ratifier certaines conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur le travail forcé, sans fixer le moindre délai et sans qu’il y ait le moindre possibilité réelle de vérification

Les Pays réticents comme la France se sont donc « déculottés » pour faire plaisir à Angela Merkel, chantre des relations avec la Chine rouge pour plaire à l’industrie allemande et aux bureaucrates européens, fascinés par leurs homologues rouges !

Une fascination étonnante :

Fascinée par la dictature rouge de Pékin, la haute hiérarchie de la Commission européenne et de quelques autres institutions mineures, l’a toujours été !

Bruxelles ne laisse rien passer à Vladimir Poutine, mais ferme les yeux sur l’envoi de millions d’Ouighours dans des camps de concentration (dits de rééducation) , l’occupation du Tibet, les trafics d’organes des condamnés à morts, la répression à Hong Kong, les menaces contre Taiwan, les marchés publics frauduleux en Grèce ou Pologne, la confiscation des terres rares en Afrique.. j’en passe bien d’autres..

Aucunes sanctions, aucunes mises à l’écart.. seulement des mots doux.


Il y a peu, un rapport du « East Stratcom Task Force » qui pointait du doigt les désinformations des médias gouvernementaux chinois sur les origines du COVID19 a été modifié par le service extérieur de l’UE pour ne pas déplaire à pékin. Par contre, les rapports contre la Russie sont systématiquement repris et parfois exagérés !

Mon expérience personnelle

J’en fis moi-même l’expérience en tant que Président d’une institution européenne (comme le raconte Pascal Dalando dans « le Crépuscule des Bureaucrates ») parce que j’avais osé rencontrer le dalaï lama tibétain et participé à Bruxelles à une manifestation contre la venue du dictateur Xi Jinping, je fus victime d’une cabale au sein même de l’administration que je dirigeais ! La Chine n’est plus le partenaire commercial bienveillant que l’Occident espérait. C’est la puissance montante de notre siècle et l’OTAN doit s’adapter », a déclaré un diplomate de l’OTAN qui a vu le rapport, en soulignant l’activité chinoise dans l’Arctique et en Afrique, et ses lourds investissements dans les infrastructures européennes.

L’OTAN s’inquiète… un tout petit peu :

Pourtant très récemment même l’OTAN, traditionnellement également favorable à Pékin a estimé que la Chine pouvait constituer une menace et à inciter ses Membres à maintenir un avantage technologique sur la Chine et à protéger les réseaux et les infrastructures informatiques,

L’Alliance de 30 membres pourrait également forger des liens plus étroits avec des pays non membres de l’OTAN tels que l’Australie et se concentrer davantage sur la dissuasion dans l’espace, où la Chine développe des moyens, suggère un rapport récent.

Avant la publication du rapport, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que l’essor de la Chine posait « d’importants défis pour notre sécurité. »

« La Chine investit massivement dans de nouvelles armes. Elle se rapproche de nous, de l’Arctique à l’Afrique. La Chine ne partage pas nos valeurs… et essaie d’intimider d’autres pays », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, exhortant les alliés à se réunir sur cette question.

L’OTAN devrait envisager d’inclure la Chine dans son document stratégique officiel, son « concept stratégique », ont déclaré des diplomates, mais le rapport ne déclarera pas que la Chine est un adversaire. Le mot adversaire est réservé à la Russie…

Mais la Commission européenne persiste et signe..

La Commission européenne, elle ne s’embarrasse pas de ses « pudeurs de Gazelle » . Elle renforce chaque jour ses liens avec la Chine communiste, sans lever le petit doigt pour Hong Kong, le Tibet ou les Ouighours.

Bruxelles ne trouve que des qualités au régime de Pékin. Dernièrement, alors que la Chine est, de loin, le premier pollueur du monde et s’est lancé dans un vaste programme de construction de centrales à charbon, la Commission européenne ne tarit pas d’éloges sur l’écologiste Xi Jinping !

L’accord fera plaisir à quelques grosses multinationales qui investissent en Chine, et leur permettre de profiter des conditions du pays rêvé pour les capitalistes du monde entier : corruption, travail bon marché, travail forcé, syndicats aux ordres du parti, normes environnementales minima ou inexistantes, énergies fossiles…

A l’inverse, la Chine pourra donc investir librement chez nous (Où est la souveraineté économique européenne chère à Emmanuel Macron ? ) , acheter à tour de bras des joyaux européens ( du vin jusqu’à nos coopératives laitières pour s’approvisionner ) et se positionner et gagner tous les grands marchés publics  avec ses entreprises étatiques qui font venir des travailleurs détachés chinois parqués dans des camps de travail comme on l’a vu récemment en Grèce au port du Pyrée, racheté par pékin, des autoroutes en Pologne ou une centrale en Suède.  Les travaux et investissements chinois ont généralement des conséquences désastreuses pour les Européens en terme d’emplois et de qualité des travaux et leur  permettent de nous inonder de leurs productions !

Faire taire les Grincheux !

De nombreuses voix se sont fait entendre malgré tout de la part de députés européens scandalisés par la mansuétude de Bruxelles qui est prêt à tout concéder à Pékin. Mais la Commission européenne ne semble pas s’en soucier plus que de « sa première baguette ».

L’accord sera signé, et si des difficultés sont mises pour la ratification par le Parlement européen et les parlements nationaux, la Commission européenne est bien sûre de son fait, avec les voix et l’argent des puissants lobbies des industriels, elle fera taire les « grincheux », comme elle l’a fait pour tous les autres accords internationaux.

Même les Etats Membres, parfois sourcilleux comme on l’a vu avec l’ALENA UE/Canada, paraissent aussi bien timorés tellement ils sont éblouis pas le discours de Bruxelles et des grands leaders de la Bourse et de la banque. C’est le cas bien entendu de l’Allemagne, mais aussi de la France d’Emmanuel Macron pour lequel visiblement l’intérêt des grands du CAC 40 passe avant celui des TPM/PME de tous les secteurs qui vont être engloutis par le dragon chinois. Même les petites et moyennes entreprises du  BTP qui va faire face à la concurrence des géants étatiques chinois qui vont casser les prix. Mais les intérêts de Total, Free, Louis Vuiton, Rothschild et autres sont bien plus importants, visiblement !

Quant ’aux défenseurs des Ouighours, kazakhs, Tibétains, Falun Gong et autres démocrates chinois, ils n’auront que leurs yeux pour pleurer. La mise au pas de Hong Kong semble faire aussi partie du « paquet cadeau » accordé avec Pékin.

Mais Pourquoi une telle entente entre Bruxelles et Pékin ?

Je donne 3 raisons:

  1. Pékin a toujours su flatter les bureaucrates en leur offrant de jolis voyages, de beaux cadeaux ( y compris « en nature ») pendant leurs séjours et le « fameux tapis rouge » !. J’ai connu bien des collègues, patrons ou syndicalistes, bureaucrates ou anciens activistes de la société civile, qui y ont succombé.
  2. Berlin tient absolument à ses relations privilégiés avec la Chine rouge, car l’industrie allemande y a investi en masse [1]! Et elle n’a que faire des petits producteurs de chaussure italiennes, de céramique portugaise ou de lingerie française ! Et on sait que ce que l’Allemagne veut, la Commission européenne le fait ! Le ralliement de la France d’Emmanuel macron, au nom de ses amis du CAC 40 et de la Banque, est impressionnante même s’il fait peine à voir !
  3. Il y a enfin une vraie fascination des bureaucrates européens pour la dictature des Maîtres de Pékin. Une forme d’admiration ! Voilà un système qui correspond à ce dont ils ne pourraient imaginer pour l’Europe, même dans leurs rêves les plus fous : un capitalisme débridé et mondialiste sous un régime gouverné par la Bureaucratie,  ne tolérant ni les syndicats ni le moindre contrôle parlementaire ! Comme on dirait vulgairement : « le pied «  pour un Bureaucrate !

Henri Malosse


[1] Je me souviens d’un collègue du patronat allemand  m’ayant agressé en public suite à ma rencontre avec le dalaï lama pour avoir « fait perdre des contrats de milliers de voitures à l’industrie allemande »( sic)

Publié par HenriMalosse

Européen engagé et libre - Enseigne l'histoire de l'Europe - Chairman of TheVocalEurope -30ème Président du Comité Economique et Social Européen (2013-2015)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :