When the Europeans are selling Europe to Beijing !

..

A comprehensive China-Europe agreement by the end of the year!

The honeymoon between Beijing and Brussels has been going on for years!

A remarkable allure:

The high hierarchy of the European Commission and a few other minor institutions have always been fascinated by the red dictatorship of Beijing.

Brussels continues to strongly criticize Vladimir Putin, but turns a blind eye to Chinese actions regarding sending millions of Uighurs to concentration camps ( for the so-called re-education), the occupation of Tibet, the trafficking of organs of those sentenced to death, the repression in Hong Kong, the threats against Taiwan, the fraudulent public procurement in Greece or Poland, the removal of rare earth supplies in Africa..

No sanctions, no shelved… only sweet words.

Not long ago, a report by the « East Stratcom Task Force » which pointed at the Chinese government about media misinformation on the origins of COVID19 was edited by the EU’s foreign service to please Beijing. On the other hand, the reports against Russia are systematically repeated and sometimes exaggerated!

My personal experience

I experienced it myself, as President of a European institution (as Pascal Dalando recounts in « The Twilight of the Bureaucrats ») because I had dared to meet the Tibetan Dalai Lama and participated in a demonstration in Brussels against the coming dictator Xi Jinping, I was the victim of a group within the administration I was leading!  China is no longer the benevolent trading partner the West hoped for. “This is the rising power of our century and NATO must adapt, » stated a NATO diplomat after reading the report, pointing to China’s activity in the Arctic and Africa, and its heavy investments in European infrastructure.

NATO is concerned… a little bit:

Not until very recently NATO -traditionally also pro-Beijing- believed that China could pose a threat and encourage its members to maintain a technological advantage over China and to protect IT networks and infrastructure.

According to a recent report, the 30-member Alliance could also forge closer ties with non-NATO countries such as Australia and focus more on deterrence in space, where China is developing resources.

Before the report was released, NATO Secretary General Jens Stoltenberg said China’s rise posed « significant challenges to our security. »

« China is investing heavily in new weapons. It is closer to us, from the Arctic to Africa. China does not share our values… and is trying to intimidate other countries, » he said at a press conference, urging allies to come together on the issue.

NATO should consider including China in its official strategic document, its « strategic concept, » diplomats acknowledged, but the report will not declare China an adversary. The word adversary is reserved for Russia…

But the European Commission persists and employs.

The European Commission does not bother with its « coy behavior« . It strengthens its ties with Communist China every day, without lifting a finger for Hong Kong, Tibet or the Uighurs.

Brussels finds only qualities in the Beijing regime. Lately, while China is by far the world’s largest polluter and has embarked on a vast programme of building coal-fired power plants, the European Commission is full of praise for environmentalist Xi Jinping!

But there is a much more serious issue: A comprehensive agreement by the end of the year!

While we are all confined, the EU is unable to pull out its recovery plan and the purchase of vaccines, Brussels bureaucrats are making progress in one area; More precisely, it is the prospect of a comprehensive agreement, a global, economic and trade partnership with China, which could be signed by the end of the year.

An agreement that aims to please a few large multinationals that invest in China and will permanently open all our doors to Chinese products, regardless of environmental, social or human conditions!

The Chinese and European negotiators announced five days ago that the agreement was  almost  finalized!

The European Commission is publicly pleased to have secured guarantees for European investment in China. On the other hand, China will be able to invest freely in our country (Where is the European economic sovereignty dear to Emmanuel Macron? ) , win all the major public markets (as recently in Sweden or Poland, usually with disastrous consequences for Europeans in terms of jobs and quality of work) and deluge us with their production!

The Commission has its hands free to sign!

« A good deal for Europe, » according to Sabine Weyand, the EU’s chief negotiating bureaucrat. She loudly welcomes Beijing’s goodwill, adding only cynically that there is just a lack of « a small commitment » on China’s part to respect the 7 major international conventions on labour law of the International Labour Office/Organization. Indeed, nonsense such as prisoner labour, children, gender equality  or decent work. The chief bureaucrat hopes that this « small question » will not jeopardize an agreement « so beneficial to the European economy ».

The lady actually has the green light to negotiate freely, because that is the rule in the EU,  when a negotiating mandate is given to the European Commission, she can go all the way without real control.

And so much for international standards at work!

Sabine Weyand  is therefore close to concluding, considering that labour law issues could be the subject of provisions at a later date.

On labour law, Brussels is expected to accept, as it did recently with Vietnam, a vague statement assuring that « China will continue to make substantial efforts to ratify and implement the conventions of the International Labour Organization (ILO) »

The ratification process may therefore take at least « 50 years »!

But the question about “applying” the convention also exists. Many countries, like Pakistan, have ratified conventions, without ever applying them. Who will check in the labour camps where the Uighurs are placed if the ILO conventions are respected!

To silence the Grumpy!

Many MEPs are outraged by Brussels’ compassion towards China and by the fact that the EU is ready to grant everything to Beijing. However, the European Commission does not seem to care about it.

The agreement will be signed, and if difficulties are put in place for ratification by the European Parliament and by the national parliaments, the European Commission could use the votes and money of the powerful lobbies on the industry sector, and silence the « grumpy », a practice that has been used with many other international agreements.   

Even the Member States are sometimes selective and timid, as we have seen with the EU/Canada NAFTA agreement, but they are also amazed by the discourse of Brussels and the great leaders of the stock market and the banking sector. This is of course the case for Germany, but also for Emmanuel Macron’s France, for whom the interest of the big CAC 40 obviously takes precedence over that of TPM / SMEs from all sectors which will be swallowed up by the dragon. Even small and medium-sized construction companies will face competition from Chinese state giants, and hence they will be forced to cut their prices. But the interests of Total, Free, Louis Vuitton, Rothschild and others are obviously much more important!

As for the defenders of the Uighurs, Kazakhs, Tibetans, Falun Gong and other Chinese democrats, they will become further isolated. Hong Kong’s move also appears to be part of the « gift package » with Beijing.

But why such an agreement between Brussels and Beijing?

I give three reasons:

  1. Beijing has always been able to flatter bureaucrats by offering them nice trips, beautiful gifts during their stays and the « famous red carpet »! I have known many colleagues, bosses or trade unionists, bureaucrats or former civil society activists, who have succumbed to it.
  2. Berlin is very keen on its privileged relations with Red China, because German industry has invested heavily in it! And Germany does not care about small producers of Italian shoes, Portuguese ceramics or French lingerie! And we know that: what Germany wants, the European Commission does! The gathering of Emmanuel Macron’s France, on behalf of his friends from the CAC 40 and the Bank, is impressive even if it is hard to see![1]
  3. Finally, there is a real fascination of European bureaucrats for the dictatorship of the Masters of Beijing. A form of admiration! This is a system that corresponds to what they could not imagine for Europe, even in their wildest dreams: uncontrolled and globalist capitalism under a regime governed by the Bureaucracy, not tolerating trade unions or any  parliamentary control! As one would say vulgarly: « a great thing » for a Bureaucrat!

Henri Malosse


[1] I remember a colleague of the German employers who assaulted me in public following my meeting with the Dalai Lama for « losing contracts of thousands of cars to the German industry » (sic)

BREXIT : la fausse vraie surprise du « deal »

Les bureaucrates européens et les médias à leurs bottes, font tout pour nous faire croire à un happy End sur le le BREXIT avec un soit-disant « Miracle » obtenu ce soir !

En fait, quelques rappels à nos mémoires sont bien utiles ici :

Le BREXIT est le résultat d’un mécontentement de la population britannique face à la bureaucratie européenne omnipotente. David Cameron a joué avec le feu en lançant, pour des raisons électoralistes, un référendum qu’il pensait gagner haut la main grâce à des concessions importantes de l’UE. Mais la colère des Britanniques a dépassé toutes les prévisions. Certes il y a eu des manipulations d’opinion dans le camp des « Leave », mais tout autant du coté des « Remain ».

Dans ce jeu, bien entendu, et contrairement à ce que les médias nous assènent, c’est l’Union la grande perdante, car c’est la première fois depuis 70 ans qu’un pays quitte le navire, et pas des moindres, c’est 12 % de la population et 15 % de notre richesse.

Les négociations du « divorce » et celles du régime futur des relations UE-UK (celles conclues ces jours-ci) ont duré pour permettre aux deux camps de « sauver la face », mais en réalité tout avait déjà été acté lors du premier accord, il ne restait que quelques tonnes de morues, harengs et coquilles saint jacques à se répartir.

La toute puissante Allemagne, fort mécontente du mauvais signal politique donné par le BREXIT et de se retrouver dans un horrible tête à tête avec ces « Français indisciplinés et allergiques à l’économie de marché », a essayé jusqu’au bout d’empêcher le BREXIT, aidé par des bureaucrates européens aux ordres.

Mais quand Boris Johnson l’a emporté sur Theresa May, les jeux étaient faits et la Chancelière, pour limiter les dégâts, a imposé un accord qui, de fait, maintient le Royaume Uni dans la périphérie de Berlin. Boris n’avait pas vraiment d’autre choix d’ailleurs, malgré également des rodomontades électoralistes, vu la situation de division de son pays. La menace de la séparation de l’Ecosse est bien réelle !

Quelques élements du compromis donc:

  • les grandes libertés de circulations ( personnes , biens , capitaux) demeurent
  • Le Royaume Uni continuera d’appliquer les règles européennes existantes , mais avec moins de bureaucratie – pour l’avenir ce sera au cas par cas, une sorte d' »opting out » permanent ( obtenu déjà par David Cameron en 2015..)
  • Le Royaume Uni ne payera plus pour les politiques européennes (agriculture, cohésion ) qu’il n’aimait pas mais pourra continuer d’être associé aux programmes populaires tels ERASMUS
  • L’Irlande du Nord se trouve, de facto, englobée dans le marché unique européen puisqu’il n’y aura pas de frontières entre les 2 Irlande avec un système bureaucratique de « contrôles virtuels », inutile à expliquer ici car de fait « bidon » ! En réalité, il y aura certainement de la fraude de part et d ‘autre pour faire rentrer ou au Royaume-Uni ou dans l’UE certains produits importés d’ailleurs. Mais Berlin et Londres s’en moquent !

Concrètement, qu’est-ce qui changera ? Pour dire vrai, presque rien, sauf une UE affaiblie !

Le grand bénéficiaire du « deal » est donc bien le Royaume Uni, malgré les efforts désespérés de Michel Barnier et de quelques bureaucrates européens de « faire payer les Anglais » de leur affront et pour faire croire le contraire !

Les Britanniques auront certainement le beurre de l’Europe, peut être pas l’argent du Beurre, mais bien sûrement aussi « la crémière »

Les seules victimes de cette fausse vraie négociation sont finalement les Harengs, cabillauds et autres coquilles saint jacques qui auraient pu espérer au moins une trêve pour Noël ! Sachant que les pêcheurs britanniques écoulent la majorité de leurs prises …sur le marché européen, il n’y avait pas besoin d’avoir fait l’ENA pour deviner qu’un accord allait se faire ..

Quand les Bureaucrates de Bruxelles et de Pékin se donnent la Main :

Un accord UE-Chine d’ici la fin de l’année !

Cela fait des années que dure la lune de miel entre Pékin et Bruxelles !

Une fascination étonnante :

Fascinée par la dictature rouge de Pékin, la haute hiérarchie de la Commission européenne et de quelques autres institutions mineures, l’a toujours été !

Bruxelles ne laisse rien passer à Vladimir Poutine, mais ferme les yeux sur l’envoi de millions d’Ouighours dans des camps de concentration (dits de rééducation) , l’occupation du Tibet, les trafics d’organes des condamnés à morts, la répression à Hong Kong, les menaces contre Taiwan, les marchés publics frauduleux en Grèce ou Pologne, la confiscation des terres rares en Afrique.. j’en passe bien d’autres..

Aucunes sanctions, aucunes mises à l’écart.. seulement des mots doux.


Il y a peu, un rapport du « East Stratcom Task Force » qui pointait du doigt les désinformations des médias gouvernementaux chinois sur les origines du COVID19 a été modifié par le service extérieur de l’UE pour ne pas déplaire à pékin. Par contre, les rapports contre la Russie sont systématiquement repris et parfois exagérés !

Mon expérience personnelle

J’en fis moi-même l’expérience en tant que Président d’une institution européenne (comme le raconte Pascal Dalando dans « le Crépuscule des Bureaucrates ») parce que j’avais osé rencontrer le dalaï lama tibétain et participé à Bruxelles à une manifestation contre la venue du dictateur Xi Jinping, je fus victime d’une cabale au sein même de l’administration que je dirigeais ! La Chine n’est plus le partenaire commercial bienveillant que l’Occident espérait. C’est la puissance montante de notre siècle et l’OTAN doit s’adapter », a déclaré un diplomate de l’OTAN qui a vu le rapport, en soulignant l’activité chinoise dans l’Arctique et en Afrique, et ses lourds investissements dans les infrastructures européennes.

L’OTAN s’inquiète… un tout petit peu :

Pourtant très récemment même l’OTAN, traditionnellement également favorable à Pékin a estimé que la Chine pouvait constituer une menace et à inciter ses Membres à maintenir un avantage technologique sur la Chine et à protéger les réseaux et les infrastructures informatiques,

L’Alliance de 30 membres pourrait également forger des liens plus étroits avec des pays non membres de l’OTAN tels que l’Australie et se concentrer davantage sur la dissuasion dans l’espace, où la Chine développe des moyens, suggère un rapport récent.

Avant la publication du rapport, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que l’essor de la Chine posait « d’importants défis pour notre sécurité. »

« La Chine investit massivement dans de nouvelles armes. Elle se rapproche de nous, de l’Arctique à l’Afrique. La Chine ne partage pas nos valeurs… et essaie d’intimider d’autres pays », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, exhortant les alliés à se réunir sur cette question.

L’OTAN devrait envisager d’inclure la Chine dans son document stratégique officiel, son « concept stratégique », ont déclaré des diplomates, mais le rapport ne déclarera pas que la Chine est un adversaire. Le mot adversaire est réservé à la Russie…

Mais la Commission européenne persiste et signe..

La Commission européenne, elle ne s’embarrasse pas de ses « pudeurs de Gazelle » . Elle renforce chaque jour ses liens avec la Chine communiste, sans lever le petit doigt pour Hong Kong, le Tibet ou les Ouighours.

Bruxelles ne trouve que des qualités au régime de Pékin. Dernièrement, alors que la Chine est, de loin, le premier pollueur du monde et s’est lancé dans un vaste programme de construction de centrales à charbon, la Commission européenne ne tarit pas d’éloges sur l’écologiste Xi Jinping !

Mais il y a bien plus grave : Un accord global d’ici la fin de l’année !

Pendant que nous sommes tous confinés, que l’UE n’arrive pas à sortir son plan de relance et ment sur l’achat des vaccins, s’il y a un domaine dans lequel les bureaucrates de Bruxelles progressent, c’est bien la perspective d’un vaste accord dit « comprehensive », on peut traduire par global,  de partenariat économique et commercial avec la Chine, qui pourrait être signé d’ici la fin de l’année

Un accord qui, pour faire plaisir à quelques grosses multinationales qui investissent en Chine, va ouvrir définitivement toutes nos portes aux produits chinois, quelque soient les conditions environnementales, sociales ou humaines !

Les négociateurs chinois et européens ont en effet annoncé il y a 5  jours que l’accord était presque finalisé !

La Commission européenne se réjouit publiquement d’avoir obtenu des garanties pour les investissements européens en Chine. A l’inverse, la Chine pourra donc investir librement chez nous (Où est la souveraineté économique européenne chère à Emmanuel Macron ? ) , gagner tous les grands marchés publics (comme récemment en Suède ou en Pologne, avec généralement des conséquences désastreuses pour les Européens en terme d’emplois et de qualité des travaux) et nous inonder de leurs productions !

La Commission a les mains libres pour signer !

« Un bon accord pour l’Europe », selon Sabine Weyand, la bureaucrate européenne en chef des négociations. Elle se réjouit bruyamment de la bonne volonté de Pékin, ajoutant simplement avec cynisme qu’il manque juste « un petit engagement » de la part de la Chine en matière de respect des 7 conventions internationales majeures sur le droit du travail du Bureau/organisation international du travail. Effectivement des broutilles comme le travail des prisonniers, des enfants, l’égalité Homme/femme  ou le travail décent. La bureaucrate en chef espère que cette « petite question » ne mettra pas en danger un accord « si profitable à l’économie européenne ».

La dame a en fait les mains libres pour négocier, car c’est la règle dans l’UE , quand un mandat de négociation est donné à la Commission européenne, elle peut aller jusqu’au bout sans réel contrôle.

Et tant pis pour les normes internationales au travail !

 Sabine Weyand est sur le point donc de conclure, jugeant que les questions de droit du travail pourraient faire l’objet de dispositions ultérieurement .

Sur le droit du travail, on s’attend à ce que Bruxelles accepte, comme il l’a fait il y a peu avec le Vietnam, une vague déclaration assurant que « la Chine continuera à faire des efforts substantiels pour ratifier et appliquer les conventions de l’Organisation Internationale du travail OIT/BIT »

Le processus de ratification pourra donc prendre au moins « 50 ans » !

Mais tout est aussi dans le mot « appliquer », car de nombreux pays , comme le Pakistan, ont ratifié des conventions sans jamais les appliquer ! Qui ira vérifier dans les camps de travail où sont parqués les Ouighours que les conventions de l’OIT sont respectées !

Faire taire les Grincheux !

De nombreuses voix se sont fait entendre malgré tout de la part de députés européens scandalisés par la mansuétude de Bruxelles qui est prêt à tout concéder à Pékin. Mais la Commission européenne ne semble pas s’en soucier plus que de « sa première baguette ».

L’accord sera signé, et si des difficultés sont mises pour la ratification par le Parlement européen et les parlements nationaux, la Commission européenne est bien sûre de son fait, avec les voix et l’argent des puissants lobbies des industriels, elle fera taire les « grincheux », comme elle l’a fait pour tous les autres accords internationaux.

Même les Etats Membres, parfois sourcilleux comme on l’a vu avec l’ALENA UE/Canada, paraissent aussi bien timorés tellement ils sont éblouis pas le discours de Bruxelles et des grands leaders de la Bourse et de la banque. C’est le cas bien entendu de l’Allemagne, mais aussi de la France d’Emmanuel Macron pour lequel visiblement l’intérêt des grands du CAC 40 passe avant celui des TPM/PME de tous les secteurs qui vont être engloutis par le dragon chinois. Même les petites et moyennes entreprises du  BTP qui va faire face à la concurrence des géants étatiques chinois qui vont casser les prix. Mais les intérêts de Total, Free, Louis Vuiton, Rothschild et autres sont bien plus importants, visiblement !

Quant ’aux défenseurs des Ouighours, kazakhs, Tibétains, Falun Gong et autres démocrates chinois, ils n’auront que leurs yeux pour pleurer. La mise au pas de Hong Kong semble faire aussi partie du « paquet cadeau » accordé avec Pékin.

Mais Pourquoi une telle entente entre Bruxelles et Pékin ?

Je donne 3 raisons:

  1. Pékin a toujours su flatter les bureaucrates en leur offrant de jolis voyages, de beaux cadeaux ( y compris « en nature ») pendant leurs séjours et le « fameux tapis rouge » !. J’ai connu bien des collègues, patrons ou syndicalistes, bureaucrates ou anciens activistes de la société civile, qui y ont succombé.
  2. Berlin tient absolument à ses relations privilégiés avec la Chine rouge, car l’industrie allemande y a investi en masse [1]! Et elle n’a que faire des petits producteurs de chaussure italiennes, de céramique portugaise ou de lingerie française ! Et on sait que ce que l’Allemagne veut, la Commission européenne le fait ! Le ralliement de la France d’Emmanuel macron, au nom de ses amis du CAC 40 et de la Banque, est impressionnante même s’il fait peine à voir !
  3. Il y a enfin une vraie fascination des bureaucrates européens pour la dictature des Maîtres de Pékin. Une forme d’admiration ! Voilà un système qui correspond à ce dont ils ne pourraient imaginer pour l’Europe, même dans leurs rêves les plus fous : un capitalisme débridé et mondialiste sous un régime gouverné par la Bureaucratie,  ne tolérant ni les syndicats ni le moindre contrôle parlementaire ! Comme on dirait vulgairement : « le pied «  pour un Bureaucrate !

Henri Malosse


[1] Je me souviens d’un collègue du patronat allemand  m’ayant agressé en public suite à ma rencontre avec le dalaï lama pour avoir « fait perdre des contrats de milliers de voitures à l’industrie allemande »( sic)

The Taxonomy, the new trend of the european Bureaucrats !

The “Taxonomy”, the new invention of Brussel’s Bureaucrats!

While the Europeans, worried and confined, are depressed, that an economic and social crisis of unique magnitude awaits us in deconfinement, and while the European recovery plan is blocked by the obstinacy of some to put conditions under purely political and ideological reasons, what is the European Bureaucracy doing? It invented a new ‘gadget’, named « taxonomy », and for which we will all pay the consequences!

What is « Taxonomy »? A new disease? A new tax?

According to the European Commission, « taxonomy » is the « European greening tool » of the economy. Clearly, a white elephant to assess the « green » character of all human activity: the way to heat, to light, to move … This new tool will not only concern economic actors, but everyone of us: from the car washer to the airline, from dry cleaners around the corner to the construction giant industries, from craftsmen to mass distribution.

It is the result of the technocratic application by the European institutions of the Paris Agreement of RIO+20 (United Nations Convention on Sustainable Development). Definitely, we continue to encourage acts that effectively work against global warming and contribute into preserving biodiversity. However, the European bureaucracy intends to interfere in our everyday life with a punitive approach, even if it means condemning entire sections of our Economy, especially in the world of the craftsmen, the self-employed and the small businesses.

The consequences could go as far as a « life or death » sentence on your business

How the taxonomy will work? The European Commission sets criteria for all human activity, from the « greenest » to the most « negative for the climate and the environment ». A rating system that will concern both, the household equipment and the daily work of the shepherd with his sheep herd, the oil farm or the manufacturer of leather bags. The main aim of this tool is to award good or bad points, which can result in green or brown labels with significant commercial consequences. In addition, within the framework of the “green deal”, these classifications will determine new standards, as in the context of construction, which will be established with reference to the so-called virtuous products and activities.

But the punishment could go much further, as shown by the following example given to me by Luc Hendricks, Director at “SME United”, the European Federation of Small and Medium-Sized Enterprises: Imagine the manager of the local laundry from your street. When he wants to invest in order to expand, his banker across his home will be forced to ask him, by means of forms, for an “environmental” risk assessment, as for example if he uses chlorine products and at what rate? Why? Because also the banking agency is subject to the « taxonomy ». The agency must indicate to the head office whether its customers have good or bad points. The European Central Bank will therefore require a “taxonomy” balance sheet from banking establishments, which will contribute to their “rating” and therefore to the means through which they can receive the loans. Conclusion: the dry-cleaning on the corner of the street risks not being granted a loan or under unfavorable conditions if it is not “virtuous” enough, it may also see its insurance premiums increase for the same reasons. Bank branches and insurers thus risk turning away from numerous economic players who are insufficiently “virtuous”.

Big or small, not everyone will be in the same boat!

« Depending on whether you are great or powerful… ». Not all companies and all entrepreneurs will be equal before the “Taxonomy”. You will first have to provide an extraordinary amount of information to your banker, your insurer and the relevant authorities in order to receive any form of assistance. We can already see how the administrations will find an easy reason to refuse aid or exemptions! The exercise will be relatively easy for a large company, but imagine how the neighborhood grocer or the small taxi craftsman will react when asked to justify themselves on everything they do or buy! Already stressed by all the administrations, the boss of VSE / PME will, once again, have to spend his leisure time filling out forms and answering questionnaires.

The discrimination will not end there. We understand that it will be easy for a large Group to demonstrate that its activities are « green », especially as it will be able to globalize between those which are virtuous and those which are polluting. Definitely, this will not be possible for the farmer, craftsman or small entrepreneur.

In the standardization activity, it is the large Groups that will be favored to impose their “standards” as “mandatory standards”!

Questioned on this subject by professional organizations, the Commission refuses to give any answer, with the double excuse of the confidentiality of the subject and the disruptions linked to COVID.

A white elephant in the hands of bureaucrats alone ..!

Let’s come to the most questionable aspect of this « white elephant »: Who and how will determine the criteria by which a business is « virtuous or not. » Answer: the European Bureaucracy!

The reasons :

The Taxonomy Regulation (2020/852) totally irresponsibly entrusts the European Commission with the responsibility of adopting 7 delegated acts to determine whether an activity is sustainable or likely to cause an environmental damage. Although the Lisbon Treaty provides for this possibility (in its Article 290) to « supplement or modify certain non-essential aspects of the legislative act », we can see that we are in fact touching the essentials here!

In addition, the European Commission is preparing these Acts in the greatest secrecy, refusing to communicate the drafts not only to professional organizations but also to the Member States themselves!

Most professional sectors are very worried about seeing their activities considered in an ideological way (automobile, aviation, gas, chemicals, household equipment, livestock, leather and skins, textiles, constructions, etc.) without the possibility of real technical expertise and without remedies.

The supervision of Member States over Delegated Acts is very weak. There are simply Groups of Experts led by the European Commission (1 representative per Member State and under the Presidency of the European Commission). These Groups are just consultative and without voting rights!

Within the professional sectors, the situation is not better and maybe even worse! The European Commission has certainly consulted in all directions, but simply to ask for opinions without any feedback. The only structured consultation concerned the financial sector through a Technical Committee including the European Central Bank and the European Investment Bank. This Committee is now transforming into a « sustainable finance platform » whose Members will be chosen through a call for candidates on very subjective criteria. The recruitment of Members of this platform, which is purely consultative, is the responsibility of the European Commission, as follows, judge and party! The banking sector, a few European industry federations and, above all, NGOs are once again expected to participate, and it is no surprise that these will be the usual experts’ committees, largely subsidised by the Commission itself.

As far as standardization is concerned, there is also a great risk that the European Commission will proceed without any consultation. We have the example of the construction sector, where, for a new « construction products » directive, the European Commission set aside the European Committee for Standardization (CEN) where professionals are represented to entrust the development of standards to groups of experts chosen by itself. There is a great risk, according to professional organizations, of having standards without sufficient technical or scientific content, or simply dictated by large industrial groups.

Beyond the creditable objectives of « greening » our activities, the European bureaucracy has not found here material to lay down its law on all our activities, without any democratic control? neither by the States, nor by the Parliament, nor by the representatives of the professions, nor by the citizens ..!

Suspension des vols vers le Royaume-Uni: la cacophonie européenne !

Quand l’Union Européenne peut harmoniser la taille des cornichons et n’est pas capable de le faire pour la circulation des personnes !

Chaque jour la Bureaucratie européenne, nous révèle son lot de surprises !

Bruxelles peut tout harmoniser avec frénésie: la taille des cornichons, les bouteilles d’huile d’olive jusqu’à la capacité des chasses d’eau dans les toilettes ou la hauteur maximale des talons aiguilles des coiffeuses !

Mais quand il s’agit d’harmoniser les décisions de fermeture ou pas des frontières ou les formalités de passage dans le contexte de la Covid19 : Là c’est la CACOPHONIE la plus totale ;

On avait déja connu en mars/avril/mai 2020 les frontières fermées de l’Allemagne sans préavis de ses voisins , les Belges verbalisés en allant faire leurs courses en France, etc..

On vit la grande pagaille des formalités pour passer les frontières aujourd’hui : tests PCR/antigéniques reconnus ou seulement PCR selon les pays, déclarations sur l’honneur que vous n’avez pas le Covid ici , quarantaines là mais allant de 7 à 14 jours Pour de nombreuses frontières d’ailleurs , comme celle entre la France et l’Italie, il n’y a aucune harmonisation de part et d’autre ni des formalités et ni même des formulaires

Mais ce soir, l’Europe de la CACOPHONIE frappe encore plus fort !

Alors que le Minsitre de la santé britannique à parlé de « situation hors contrôle » et d’une « nouvelle souche du virus » pour effrayer sa population avant les fêtes, les capitales européennes l’ont pris au mot et décidé, dans la plus grande précipitation et sans aucune coordination, des mesures de suspension des vols et des liaisons par ferry ou train vers le Royaume Uni

Qu’on juge un peu :

  • Pour 24 heures par la Belgique
  • pour 48 heures par la France *
  • pour 10 jours par le Royaume des Pays-Bas,
  • pour 40 jours par la Bulgarie
  • sans délais limites pour l’Italie

et le reste va suivre ..

Et Bruxelles dans tout cela ? Et bien, Comme dans mon roman d’anticipation « Le crépuscule des Bureaucrates » (Voir Le-livre) , Bruxelles ne répond plus ..

Définitivement ?

HM

LE #VACCINGATE PREND DE L’AMPLEUR

L’Europe choisit délibérément les vaccins les plus chers !

La secrétaire d’Etat belge au Budget, Eva de Bleeker, a commis une erreur, ce jeudi 17 décembre, en twittant les prix des doses de vaccins contre le Covid-19 supposés restés confidentiels, dans le cadre d’une dispute bien belge entre Membres du gouvernement. Des prix qui vont d’un multiple un à huit.

Lee plus chers sont ceux qui ont été achetés en premier par la Commission européenne : 12 € pour le Pfizer/BioNTech, premier à être mis sur le marché au royaume Uni début décembre et dans l’UE fin décembre ; 18 $ pour le vaccin Modena qui devrait arriver sur le marché en Europe début janvier. Les autres annoncés seront moins chers ( 8,50 $ pour Johnson et Johnson, 10 € pour CureVac ; 7,56 € pour celui que devraient sortir Sanofi et GSK ; et même seulement 1,78 € pour le vaccin du duo Oxford et AstraZeneca) mais on ne connaît pas encore leurs dates de sortie, ni leurs propriétés.

La Commission européenne avait  fièrement annoncé le 24 Novembre dernier qu’elle s’était procurée près de 2 milliard de doses de vaccins pour couvrir presque l’entièreté de la population de l’Union européenne, à répartir entre pays à partir du moment où l’Agence européenne du médicament donnera le feu vert, le 21 décembre déjà pour le vaccin Pfizer en premier,

( Pour mémoire, ce n’est que sur injonction allemande que l’agence a décidé d’accélérer ses procédures bureaucratiques d’homologation qui n’auraient pas du intervenir avant début janvier 2021)

Mais le plus grand flou demeurait sur les conditions dans lesquelles ces vaccins ont été achetés avec l’argent du contribuable européen !

Car la Commission européenne refusait jusqu’à présent de donner des informations précises sur la façon dont les marchés ont été attribués ! Bien étrangement !

Dans le contrat passé par la Commission européenne, il y a bien donc une clause de confidentialité sur les prix : On se demande bien pourquoi, si ce n’est pour cacher qu’il y a eu peut être des ententes de prix entre certains des  Big pharmas (Pfizer, Modena, CureVac) , les premiers sur le marché étant les plus chers.

Par comparaison, le vaccin indien, bientôt mis sur le marché et commandé par de très nombreux pays en développement coûtera aux alentours de 3 € sur le marché international.
Le vaccin russe Sputnik 5, dont les autorités sanitaires russes disent qu’il est sûr à 92 %,  est vendu aux alentours de 8 € sur les marchés internationaux mais est délivré gratuitement à la population depuis début décembre.

Curieusement la  Commission européenne s’est dressée « vent debout » contre la Hongrie qui a annoncé acheter les vaccins russes Sputnik 5 , moins cher que les Pfizer et Modena , et disponible également rapidement !

La Commission européenne a agit dans cette affaire comme un intermédiaires entre les labos des Big pharmas et les états de l’UE. C’est la Commission européenne qui a acheté les vaccins en privilégiant les Big Pharmas, sans appels d’offres, en refusant de communiquer les prix d’achat et sans doute avec des clause d’exclusivité

On sait maintenant grâce à la Secrétaire d’Etat belge Eva de Bleeker, qu’il y avait donc bien une clause de confidentialité !

Les Etats vont racheter donc le stocks de vaccins achetés par Bruxelles ! mais à quel prix, quelles conditions ? encore des mystères !

L’absence de procédures transparentes est un vrai scandale :

En effet, il est dans les attributions de la Commission européenne de vérifier que les entités publiques dans les états Membres, administrations nationales et territoriales, appliquent bien les lois européennes sur la transparence des adjudications à partir d’un montant minimum ,selon qu’il s’agissent de travaux, de fournitures ou de services !

Combien de Municipalités tremblent quand elles doivent passer des marchés publics importants pour ne pas tomber sous les foudres de Bruxelles !

Mais l’Europe peut s’exonérer elle-même des lois qu’elle impose aux autres !

La Commission européenne se retranche derrière une des plus grandes absurdité des lois européennes : En matière de marchés publics, toutes les entités publiques de l’UE sont tenues de respecter des règles précises, y compris sur la transparence des adjudications . C’est une loi européenne qui s’applique à tous,  sauf à  l’UE elle-même.  En son temps, cette anomalie avait été dénoncée -je l’avais moi-même fait dans un avis du Comité Economique et Social européen sur les Marchés publics[1] – mais sans résultats.

L’appel d’offres des vaccins est le plus important jamais lancé par l’UE elle -même ! Et il n’est pas concerné par les lois européennes sur les marchés publics !

On en voit les effets maintenant ! 

Malgré de nombreuses demandes d’information émanant de Membres du Parlement européen, de groupes de la Société civile, d’avocats, la Commission européenne se retranche derrière cette lacune juridique et répond « Circulez, il n’y a rien à voir » . C’est ce qu’a déclaré la Directrice générale du Service compétent à la Commission européenne, Sandra Gallina, : « Révéler les termes des contrats mettrait en danger la mise sur le marché des vaccins » .
C’est une très étrange déclaration ! La transparence dans l’attribution des marchés n’implique pas de révéler les secrets de fabrication des vaccins, couverts pat des brevets, mais les informations de base sur les montants engagés, les lignes budgétaires utilisées et bien entendu les conditions de protection des consommateurs !!

Même blackout chez les fabricants de vaccins du BigPharma : Pfilzer et AstraZeneca qui ont été interrogés !

Outre la question des prix, éclaircie en partie maintenant, on peut aussi se demander :

  • A-t-on donné des garanties de protection juridique aux grands labos en cas d’effets secondaires ou d’inefficacité de leurs vaccins ?
  • Les laboratoires bénéficiaires n’ont-ils pas été payés deux fois avec l’argent des contribuables puisque les états et l’UE ont financé leurs recherches et maintenant achètent leurs vaccins ?
  • Certains labos comme Sanofi, Pfizer ou Oxford ont été financé par des états européens et l’UE elle-même pour leurs recherches ! Va-t-on les payer ainsi 2 fois ?
  • Pourquoi négliger les vaccins russes et indiens, bien moins chers ?

Quand on voit les résultats en Bourse de ces entreprises, on ne peut que supposer que les ONG soient dans le vrai et que les bénéfices seront énormes !

Le Commissaire européen à la santé a refusé de commenter la question des prix d’achat des vaccins sous le prétexte que « on ne peut donner des informations sensibles sur des entreprises sans leur autorisation » ! Encore une réponse étrange !

Imaginez le Maire de votre commune qui ferait acheter des voitures électriques pour les agents municipaux et refuserait de donner le prix et les conditions auxquelles  elles auraient été achetées ! Il serait inquiété par la justice !

Plusieurs parlementaires suspectent des pays comme la France, l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas d’avoir forcé la Commission européenne à « faire le sale boulot » d’achat des vaccins à leur place  pour échapper aux règles ( !!!) européennes des marchés publics et en disposer donc plus rapidement ! (et de ne pas arriver trop tard par rapport aux Américains ou d’autres pays dans le monde)

Qu’en est-il aussi de la promesse d’Emmanuel Macron et d’Angela Merkel que les vaccins arriveraient partout dans le monde au même moment, sans désavantager les pays les moins riches ?

Toute cette opacité ne fait qu’alimenter bien des suspicions !
Sans oublier la mauvaise réputation de l’industrie pharmaceutique, dont les lobbystes ont l’habitude d’arroser généreusement tous ceux qui se mettent à son service !

Sur toutes ces questions, je suggère d’établir une Commission d’enquête du Parlement européen et j’ajouterai une dernière interrogation :  Des intermédiaires ont-ils été employés pour ces transactions sans appels d’offres ? Qui sont-ils ? Combien ont-ils été rétribués ?

Le Vaccingate de la Bureaucratie européenne ne fait que commencer..

J’imagine déjà  une suite au « Crépuscule des Bureaucrates » !

Henri Malosse


[1] ces979-2008_ac_en.docUnrestricted -OPINION of the European Economic and Social Committee
on International public procurement (exploratory opinion)

Adopted 29/05/2008

Reconstruire l’Europe à partir des territoires: Appel à contributions !

Reconstruire l’Europe à partir des territoires

Appel à Vos Idées et à Vos contributions !

L’Union européenne malade de sa bureaucratie montre chaque jour ses divisions et son impuissance,

Le dernier Sommet européen des 10 et 11 décembre n’a pas failli à ce constat, bien au contraire

Nous avons assisté en effet à :

  • La pitoyable séquence des « fausses sanctions »  contre la Turquie d’Erdogan quand on va cibler quelques militaires turcs, dont certains bientôt à la retraite, qui ont participé aux mesures agressives de la flotte du pacha en mer Egée, violant les aux communautaires. Interdits de voyager vers l’UE ?  Ils n’en ont pas le droit de toutes les façons en raison de leur statut; Geler leurs avoirs dans l’UE ? Ils n’en ont pas ou alors en Suisse ! Responsables ? Ils n’ont fait qu’obéir aux ordres du gouvernement qui lui n’est pas sanctionné ! Et pas un mot pour le rôle de la Turquie dans le conflit du Haut-Karabakh quand Erdogan a envoyé les djihadistes combattre les Arméniens ; Une sinistre blague !
  • Pas un mot sur la situation dramatique des ouighours en Chine, emprisonnés par millions dans des camps d’internement ! Que des mots gentils pour nos « partenaires chinois »
  • L’hypocrisie du « Green Deal » : Un engagement vague sur la réduction des émissions de CO2 d’ici 2030 qui n’engage réellement personne quand dans le même temps la Commission européenne encourage la privatisation des réseaux d’énergie, des barrages et des forêts, soutient les Eoliennes, autorise le glyphosate et les Néonicotinoïdes. Avec l’exercice bureaucratique dit de la « taxonomie », la Commission européenne va exercer une écologie punitive avec des labels « marrons » qui vont favoriser les grands groupes au détriment des artisans et petits producteurs.
  • Le sauvetage « miraculeux » du budget européen et du plan de relance grâce à un tour de passe-passe peu glorieux sur une conditionnalité « Etat de Droit » qui reste à définir et laisse la porte ouverte à toute interprétation. Mais le budget n’est toujours pas bouclé, on attend encore 24 ratifications parlementaires et l’argent du plan de relance n’arrivera pas avant 2022/2023, s’il arrive un jour. Une chose est certaine, il n’aidera pas les petites et moyennes entreprises des secteurs les plus touchés par la crise. Les bénéficiaires seront les Etats, les grandes banques et quelques grandes entreprises en difficulté ! Le monde des artisans, des Indépendants, des Artistes et des petits producteurs dépendant du tourisme n’en verra pas la couleur !
  • Le Plan « Marshall du Tourisme », annoncé par le Commissaire européen Thierry Breton en avril 2020 à grands renforts de trompette et de clairon, pour l’automne 2020,  a disparu des radars
  • Une directive sur les données personnelles qui veut favoriser leur exploitation par les Big pharma et autres géants économiques.

L’UE s’enfonce donc dans la crise, très divisée et toujours aussi peu efficace. Mais son orientation libérale ne fait que se renforcer, y compris en préparant un grand accord avec la Chine et renouant avec le projet d’un Traité commercial transatlantique avec les USA.

C’est une Union qui établit des normes pour les tobogans des jardins d’enfant, avec les mêmes spécifications pour le nord de la Suède où les températures descendent à moins 40° et la Sicile où elle dépassent les + 40° ! C’est la même qui n’a pas de politique étrangère cohérente et se fait piétiner par la Turquie ou la Chine !

Oui, Une autre Europe est possible !   

Il ne s’agit pas de bâtir un super Etat sur le modèle français, comme apparemment les élites françaises en rêvent, d’une super Bureaucratie commandant tout du haut !

Au contraire, c’est le territoire qui devrait être la base d’une Europe décentralisée en appliquant enfin le principe de subsidiarité qui figure déjà dans les Traités européens :

  • Appliquer a reconnaissance mutuelle des normes entre nos pays et, en cas de nécessité d’harmonisation, donner entièrement cette responsabilité aux professionnels
  • Laisser aux territoires et régions la gestion de tout ce qui requiert la connaissance des réalités locales : écologie, aménagement, agriculture, petite industrie, artisanat
  • Etablir des principes communs : économie circulaire, circuits courts, responsabilité du fait des produits, droit des associations locales à protéger l’environnement, préservation de nos biens publics que sont l’Eau, l’Air, la  Mer, les forêts, nos côtes.
  • Organiser une démocratie participative avec des référendums d’initiative locale
  • Bien définir ce qui relève de l’Europe, de la Nation et du territoire au travers d’une consultation des citoyens / Eviter les empilages de responsabilité comme c’est le cas aujourd’hui. A l’Europe par exemple les grands principes économqiues et écologiques, , la politique étrangère, la sécurité de nos frontières extérieures, la mise en commun de la recherche publique, à l’Etat, la solidarité sociale et les responsabilités régaliennes, l’Education, aux territoires/régions la vie locale et les choix locaux.
  • Faire en sorte que la Nouvelle Europe soutienne les projets locaux de coopération avec des voisins européens au travers de réseaux de la finance locale
  • Etablir des solidarités de fait entre territoires européens avec l’appui de l’Union
  • Réorganiser les Institutions dans cette perspective : plus de démocratie, plus de participation, respect des identités nationales et régionales,
  • Toutes les lois européennes devront permettre un « opting out » des états qui le souhaitent et une adaptation différenciée selon les territoires.

Ces quelques idées ne sont que les premières pistes d’une vaste consultation qui doit nous amener à repenser le projet européen pour demain

Merci de vos idées et de vos contributions

Henri Malosse

Le dessous des cartes : Pourquoi l’Europe est-elle en retard pour les vaccins ?

Pourquoi l’Union européenne est-elle en retard pour les vaccins ?

Alors que le 1er vaccin a être mis sur le marché, Pfizer, est issu de la recherche en Allemagne et que sa fabrication est essentiellement en Allemagne, Pays-Bas et Belgique, comment se fait-il que les Européens soient les derniers servis ?
Alors que les vaccinations ont commencé sur les 5 continents, des USA à la Chine, du Royaume-Uni à la Russie, comment expliquer ce retard ?

Réponse : la Bureaucratie de l’Agence européenne du médicament, incapable d’accélérer la prise de décision d’une mise en conformité et mise sur le marché, alors qu’on sait très bien qu’elle sera donnée !

Il a même fallu le « coup de gueule » du Ministre allemand de la santé ( la France s’étant associée eu dernier moment « en prenant le train allemand EN Marche, comme toujours), harcelé par des associations de citoyens, pour que finalement la fameuse Agence avance d’une semaine sa « réunion hebdomadaire «  du 29 au 21 Décembre !

J’éspère que l’UE va enfin bousculer ses bureaucrates », s’est écrié Sebastian Kurz, le Chancelier autrichien qui s’est aussi mobilisé pour bousculer l’Agence sise aux Pays-Bas qui prétextait des raisons de sécurité.

Pourquoi tant de temps ? Pascal Dalando, Héro du Le Crépuscule des Bureaucrates vous l’explique

Les laboratoires doivent d‘abord fournir toutes les indications scientifiques sur le vaccin st sur les résultats des expérimentations en phases 1, 2 et 3

Tout est arrivé mi-novembre pour le vaccin Pfizer mais les  Agences avaient été tenues au courant en temps réel du processus pour les résultats des expérimentations et avaient déjà les données techniques.

Ainsi les Agences  américaines, britanniques, australiennes et bien d‘autres ont pu donné le feu vert en quelques jours quand la bureaucratique Agence européenne, de délais de traduction en délais de convocations des experts, de connections de chypre à Helsinki, avait besoin de plus d’un mois.

L’argument de la « sécurité des patients » ne tient pas puisque ces Agences se contentent de vérifier que tous les éléments sont conformes, ce qui prend quelques jours au plus . Elles donnent des autorisations provisoires valables un an qui doivent être confirmées chaque année sur base de données fournies par les laboratoires.

Sans le coup de gueule des associations allemandes et du Chancelier autrichien, il n’y aurait pas eu de vaccination dans l’UE avant mi-janvier et de nombreuses vies de personnes vulnérables auraient été mis en danger.
Déjà le retard par rapport aux pays les plus avancés, qui est d’un bon mois, n’est pas excusable.

Après le scandale des appels d’offre d’achat de vaccins (voir l’Article VaccinGate à Bruxelles) , la Bureaucratie européenne s’illustre encore une fois par son manque de réactivité.

Les fanfaronnades de nos gouvernements sur l’Unité des Européens et l’efficacité de la Commission européenne ne sont là que pour cacher leur embarras.

Ecologie de Tribune ou Ecologie de Terrain ?

En choisissant parmi les 149 mesures proposées par la Convention citoyenne sur l’Ecologie, l’insertion dans la Constitution par un référendum « la garantie de la préservation de la bio-diversité et de l’environnement et la lutte contre le changement climatique  » , le Président français choisit la facilité du verbe face à l’action,

Dans ma belle île de Corse, en matière d’environnement, les citoyens attendent que l’on en finisse avec la bétonisation des côtes qui a repris de plus belle, qu’on règle enfin le scandale des déchets toujours enfouis dans notre sol, qu’on remplace les centrales au fuel lourd, qu’on protège et valorise mieux notre forêt, nos fonds marins et notre monde rural en perdition. Ce n’est pas un changement d’u article d’une constitution..

Dans le même temps, tous les signaux du gouvernement sont négatifs pour l’environnement: réintroduction des néonicotinoïdes, autorisation généralisée à l’implatation des éoliennes, loi qui permet aux Préfets de passer outre aux associations de défense de la nature pour de gros projets économiques ou d’infrastructures, privatisation des forêts et des barrages …

On voit bien le piège dans lequel certains pourraient tomber: perdre les proies pour une ombre, fermer les yeux sur des actes pour se contenter de belles paroles

L’Ecologiste sera-t-il le corbeau de la fable face au renard ?

Henri Malosse

15/12/2020